Interview

Une politique climatique dirigée contre les pauvres

Un entretien avec l'activiste kenyan David Otieno.

medico : Tu fais partie de la Kenyan Peasants League, un mouvement encore jeune de petits agriculteurs, pêcheurs et bergers. Vous vous mobilisez contre les fausses solutions à la crise climatique. Que critiquez-vous concrètement ?

David Otieno : Les fausses solutions sont des programmes et des stratégies que les entreprises, l'agro-industrie et les gouvernements vantent comme étant des solutions au changement climatique. Ces solutions sont basées sur les mêmes pratiques capitalistes et la même logique que celles qui ont provoqué le changement climatique. Il s'agit notamment de la commercialisation, de l'extractivisme, de l'utilisation du génie génétique et de l'agriculture à forte émission de gaz à effet de serre. Sur le plan international, le système industriel prédominant de production alimentaire soutient un modèle de contrôle de la terre, des semences, de l'eau et de l'ensemble du système alimentaire. Ce système de production alimentaire est imposé aux pays du Sud global comme le Kenya dans le cadre d'accords de libre-échange et d'accords de partenariat économique qui promeuvent de fausses solutions, comme les programmes d'agriculture respectueuse du climat et de réduction de la dégradation des forêts (REDD+). Les deux démarches semblent formidables et pourtant, elles ont des conséquences dramatiques pour les populations des régions concernées.

Comment fonctionne REDD+ exactement ?

REDD+ est un cadre créé lors de la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique de 2013 afin de gérer les activités dans le secteur forestier. Il vise ainsi à réduire les émissions dues au déboisement et à la déforestation tout en renforçant la gestion durable des forêts et en améliorant les stocks de carbone forestier dans les pays en développement. Au Kenya, par exemple, les forêts de Mau, Aberdare, Mount Elgon et Chyulu Hill doivent être reboisées, parallèlement à un projet de carbone pour l'agriculture. Mais tout cela conduit à l'expulsion de nombreuses communautés indigènes, qui sont évincées de leurs terres au nom de la protection du climat. En fin de compte, les projets rejettent la faute sur des personnes qui ne sont pas à l'origine du changement climatique, mais qui en sont les premières victimes. Ce qui arrive lorsque les personnes concernées ne sont pas impliquées dans l'élaboration des concepts.

La question de l'endettement des pays les plus pauvres devient de plus en plus pressante. Quel est le lien entre souveraineté alimentaire et endettement ?

Il existe un lien étroit entre endettement et crise alimentaire, notamment lorsque les pays ne sont pas en mesure de rembourser leurs dettes comme prévu. Ils sont alors contraints de négocier de nouvelles conditions. Ils se voient ainsi imposer des accords de libre-échange qui autorisent, entre autres, l'importation de malbouffe, d'herbicides, de pesticides et d'engrais chimiques, ce qui rend très difficile l'obtention de la souveraineté alimentaire. De plus, comme les dettes sont toujours remboursées en devises étrangères comme le dollar américain, les pays endettés comme le Kenya sont obligés de pratiquer une agriculture orientée vers l'exportation.

Vous parlez de "féminisme paysan". Que signifie cette notion ?

Le patriarcat est un système qui opprime les ressources, les exploite, les transforme en marchandises et exclut la majorité des gens de l'accès aux biens communs comme l'eau, la terre et la nourriture. Il englobe la marchandisation du corps, de la vie et de la sexualité des femmes, ainsi que la nature de leur travail formel et informel, leur surcharge de travail et leurs conditions de travail. Le patriarcat est en outre ancré dans de nombreuses traditions et normes qui sont utilisées pour maintenir cette hiérarchie et ce pouvoir. Dans le féminisme paysan, il s'agit de déconstruire la logique de pouvoir du patriarcat afin de transformer l'exercice horizontal du pouvoir en un exercice vertical : passer du "pouvoir sur les autres" au "pouvoir avec les autres". Il y a un grave malentendu selon lequel le féminisme consisterait à ce que les femmes se battent contre les hommes. Il ne faut pas être une femme pour être féministe. Tout ce qu'il faut, c'est reconnaître que le système capitaliste a échoué à résoudre la crise économique et alimentaire mondiale et recourt dorénavant à la violence pour dissimuler le fait qu'il a échoué.

L'un des éléments clés dont vous vous réclamez est la "solidarité nationale, régionale et internationale". Comment cela se traduit-il ?

Cette solidarité implique des mouvements dans le monde entier, un mouvement transnational de producteurs et de consommateurs d'aliments qui croient en la souveraineté alimentaire, c'est-à-dire en un système qui respecte les droits des producteurs à produire et à commercialiser des aliments culturellement appropriés. Ce qui inclut le droit des consommateurs à décider de ce qu'ils veulent consommer.

À quoi ressemble le monde que vous voulez bâtir avec votre travail ?

Le monde que nous voulons créer est un monde dans lequel les populations ont un contrôle direct et démocratique sur les éléments les plus importants de leur société : comment nous nous nourrissons ; comment nous utilisons et préservons la terre, l'eau et les autres ressources naturelles qui nous entourent pour les générations futures ; et comment nous vivons et interagissons avec d'autres groupes et cultures, dans le respect de chacun.

Interview: Radwa Khaled-Ibrahim

Publié: 27. September 2022

Faire un don!

 

This website uses cookies to improve user experience. By using our website you consent to all cookies in accordance with our Cookie Policy. Read more.