Niger

Dernier avertissement de Kaboul

Les interventions internationales au Sahel pourraient connaître le même sort. Par Moussa Tchangari.

Dans les capitales des grandes puissances qui ont fait la guerre en Afghanistan pendant 20 ans, on est perplexe. « Kaboul n'est pas Saigon », déclare un haut fonctionnaire américain. Mais c'est une débâcle, à certains égards bien plus grande que celle du Vietnam en 1975. La détermination des talibans a eu raison des armées occidentales pourtant mieux équipées. Cela étant, c'est le leadership politique de l'Occident qui est responsable de la défaite. Les gouvernements ont peut-être mis tous leurs efforts dans cette guerre. Mais ils se sont toujours appuyés sur une élite profondément corrompue qui n'est pas moins hostile à la démocratie que les talibans. Portée au pouvoir et maintenue en place par des armées étrangères, cette élite a pu s'enrichir sans retenue pendant 20 ans - tout comme le complexe militaro-industriel de l'Occident. Les « coûts », les vies humaines et les énormes sommes d'argent que cette guerre a engloutis ont été supportés uniquement par les « petites gens » en Afghanistan et les petits contribuables en Occident.

C'est précisément parce qu'une telle guerre n'est en aucun cas un malheur pour tous qu'elle continue à être menée dans la région du Sahel. Ici aussi, les puissances occidentales mènent depuis des années une guerre contre des groupes armés, idéologiquement proches des talibans afghans. Ici aussi, les élites sont corrompues et n'ont aucun sens des responsabilités envers leur pays. Ici aussi, le dialogue, les réformes et les droits sont refusés - avec le risque qu'un jour, des « talibis à moto » fassent leur entrée dans les capitales. Les événements de Kaboul sont un avertissement. Ils témoignent de ce qui peut arriver si les élites dirigeantes du Sahel et leurs soutiens occidentaux continuent à ignorer la revendication de réformes audacieuses. Car ce n'est qu'au travers d’un processus politique courageux que l'on peut gagner la force politique et militaire la plus puissante – les « gens ordinaires », la population.

Des hommes et des femmes de bonne volonté doivent se lever et proclamer que la guerre actuelle ne peut être gagnée avec les mêmes armées étrangères qui ne l'ont pas gagnée en Afghanistan. Si cette guerre peut être gagnée, ce n'est que par la volonté du plus grand nombre et par des initiatives audacieuses en vue d'un nouveau contrat politique et social ; un contrat qui rende la souveraineté au peuple et crée les conditions préalables à une vie décente pour les millions de personnes qui en sont actuellement privées.

Traduction: Rajosvah Mamisoa

Publié: 20. September 2021

Faire un don!

 

This website uses cookies to improve user experience. By using our website you consent to all cookies in accordance with our Cookie Policy. Read more.